L’enseignement du français dans les écoles primaires en Afrique, malgré les multiples réformes entreprises depuis les indépendances, accorde peu de place à la littérature orale en général, et aux contes en particulier alors que leurs valeurs culturelles,

Arouna, DIABATE
Résumé:
L’enseignement du français dans les écoles primaires en Afrique, malgré les multiples réformes entreprises depuis les indépendances, accorde peu de place à la littérature orale en général, et aux contes en particulier alors que leurs valeurs culturelles, morales et éducatives sont avérées. Au Burkina Faso, la situation n’est guère reluisante. La faible utilisation des contes dans l’enseignement-apprentissage du français a fait germer l’idée d’investiguer dans ce sens en formulant cette question de départ : comment mieux exploiter les contes africains dans l’enseignement-apprentissage du français au cours moyen ? A travers cette interrogation, des investigations ont été menées par le truchement d’un certain nombre d’instruments que sont le questionnaire, les guides d’entretien et une grille d’observation de leçons, en vue de contribuer à améliorer le niveau des élèves en français à partir de l’exploitation pédagogique des contes africains comme supports pédagogiques dans l’enseignement-apprentissage du français au cours moyen. Toutes choses qui nous ont permis d’identifier les causes de la faible exploitation des contes, de démontrer l’intérêt d’une exploitation judicieuse de ce genre oral et de proposer des stratégies d’exploitation pédagogico-didactique des contes africains en classe de français.
Année:
2015
Type de publication:
Article
Mots-clés:
didactique du français; enseignement primaire; exploitation pédagogique; langue; Burkina Faso
Journal:
Sud Langues
Volume:
21
Nombre:
20
Pages:
1-20
Mois:
décembre

Vers le haut