COMPTE RENDU DU SEMINAIRE MENSUEL DE L’AREB-MAI 2016

............................................................

Le 27 mai 2016 s’est tenue dans la salle de réunion de l’Institut des Sciences des Sociétés (INSS),

la rencontre mensuelle de l’année civile 2016 de l’Atelier de Recherche sur l’Education au Burkina Faso (AREB). Comme à l’accoutumé, la séance a été lancée par le mot d’ouverture du Coordonnateur de l’AREB, qui après avoir souhaité la bienvenue à les toutes participantes et à tous les participants, a donné la parole au premier communicateur.

Il s’agit de monsieur Mamadou SANOGO, Chargé de missions au Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation (MERSI). Il est par ailleurs doctorant en sciences de l’éducation à l’Université de Lomé.

C’est dans le sens de présenter son projet de thèse aux participants qu’il a voulu participer aux débats. Sa réflexion porte sur le thème, « l’enseignement technique et professionnel au Burkina Faso ».

A cet effet, le communicateur a présenté sa méthodologie de la recherche, l’échantillon retenu pour la collecte des informations sur le terrain, les objectifs et les résultats attendus dans le cadre de l’étude. Il a tenu à noter que la problématique clé de ce travail consiste en l’insertion professionnelle des sortants des écoles d’enseignement secondaire technique et professionnelles.

En ce qui concerne les résultats auxquels il est parvenu, il souligne que sur l’ensemble de l’échantillon retenu, seulement 2,01% des personnes ont réussi à s’insérer dans le monde de l’emploi. Il a aussi relevé le manque de recrutement de la part de l’Etat pour les diplômés des écoles techniques et professionnelles. Aussi, les curricula ne sont pas adaptés à la demande de formation technique et professionnelle au Burkina Faso. Enfin, les parents soutiennent que les sortants n’obtiennent pas d’emploi ou à la limite obtiennent des emplois inadaptés.

Après son exposé, les débats ont tourné autour de l’adaptation des besoins réels au Burkina Faso.

A la suite de monsieur Mamadou SANOGO, la parole a été donnée au second communicateur. Il s’agit de monsieur Rodrigue BONANE, Ingénieur de recherche à l’IN.SS et doctorant en fin de cycle de Philosophie à l’Université de Ouagadougou, qui a bâti sa réflexion autour du thème : « Instruction et émancipation chez Condorcet ».

Il s’agit d’un article scientifique en cours de publication. Le communicateur a d’abord a procédé à la présentation de Condorcet et de son œuvre. Condorcet aborde l’obligation scolaire et la laïcité. Pour lui, la religion est un handicap à l’évolution de l’expression de la liberté de l’homme. Il conseille la création des académies pour charger des programmes scolaires.

Pour Condorcet il faut dissocier l’éducation et l’instruction car, la finalité de l’instruction est de former tous les citoyens.

Le communicateur soutient que la formation des citoyens par l’Etat reste toujours aujourd’hui d’actualité. Aussi, la question de la laïcité est une problématique d’actualité.

En ce qui a concerné la phase des débats, plusieurs témoignages ont été apportés allant dans le sens du communicateur.

C’est sur ces notes que le Coordonnateur a clos la séance à 17 heures 15 mn.

Vers le haut